Download e-book for iPad: Au bonheur des ogres by Daniel Pennac

By Daniel Pennac

286pages. poche. Poche. Benjamin Malauss?ne a un dr?le de m?tier : bouc ?missaire au carrier r?clamations d'un grand magasin parisien o? il est charg? d'apitoyer les consumers grincheux. Une bombe, puis deux, explosent dans le magasin. Benjamin est le suspect num?ro un de cette imprecise d'attentats aveugles. Attentats ? Aveugles ? Et s'il n'y avait que ?a ! Quand on est l'a?n?, il faut aussi survivre aux tribulations de sa tumultueuse famille : los angeles douce Clara qui photographie comme elle respire, Th?r?se l'extralucide, Louna l'amoureuse, J?r?my le curieux, le Petit r?veur, l. a. maman et ses amants. Le tout sous les yeux de Julius, le chien ?pileptique, et de Tante Julia, journaliste volcanique. Quel cirque ! Avec ce ultimate tome des aventures de Malauss?ne, on plonge avec bonheur dans un univers baroque. Pennac multiplie les personnages secondaires, les digressions. ?a grouille comme dans une fourmili?re. Le rire n'est jamais loin des larmes, le sordide c?toie le elegant. -Bruno M?nard

Show description

Read Online or Download Au bonheur des ogres PDF

Similar foreign language fiction books

Get Das Spiel Azad PDF

SpielernaturenJernau Morat Gurgeh ist der beste Spieler in der KULTUR, und in allen Spielen ist er unschlagbar. Da hört er von dem Spiel Azad, das alle acht Jahre in Groasnachek in der Großen Magellanschen Wolke gespielt wird, dem Herrschaftsbereich des Imperiums. Gurgeh soll für die KULTUR an dem Spiel teilnehmen.

Die Show (Roman) by Richard Laymon PDF

Eigentlich ist es ein ganz normaler Tag im August des Jahres 1963: Der kleine Ort Grandville ächzt unter der Sommerhitze, während zugleich eifrig Vorbereitungen für die große »Vampirshow« – eine artwork Dracula-Musical – getroffen werden, die am Abend stattfinden soll. Doch es ist der Tag, der das Leben dreier Jugendlicher für immer verändern wird.

Additional info for Au bonheur des ogres

Example text

Alors, doucement, pesamment, Stojilkovitch se met à raconter sa vie au petit flic, en commençant par ses tout débuts de séminariste, quand, sentinelle de l’âme, il dressait autour du dogme la double muraille des Ave et des Pater, puis sa crise mystique, sa défroque, son entrée au Parti, sa guerre, les Allemands défilant là-bas, dans le creux des vallées, puis les armées Vlassov (un million d’hommes tous rectifiés à l’arme blanche à la fin des hostilités) chevauchant, tout en bas, sous l’œil immobile de la sentinelle Stojilkovitch (« gardienne des portes balkaniques de ton Europe, mon petit !

Mais qu’est-ce qu’elle peut bien foutre dans son café, Yemanja ? ) avant d’aller à l’assemblée de l’intersyndicale, prévue pour dixhuit heures trente dans la salle de la cantine. Le valium enrobe mon corps de nuages sans rien changer à l’état de mes nerfs. Vu de l’extérieur je plane, dedans je grille, comme un bobinage électrique qui n’en finit pas de cramer. Théo me regarde, incrédule : — T’es en manque ? — Plutôt une overdose. L’assemblée bat son plein. Pour une fois, tous les employés sont là.

Je m’excuse encore. Je lui dis que nous sommes entourés d’un jury olympique et que je n’ai jamais été doué pour les concours. Elle dit : — Je comprends. Et elle m’explique à son tour. Notre mésaventure sera d’ailleurs la conclusion de cette enquête sur les amours primitives et révolutionnaires qu’elle doit boucler pour le prochain numéro d’Actuel. — Ah ! je dis, parce que tu bosses à Actuel. Oui, c’est là qu’elle travaille. — Ce qui tue l’amour, vois-tu, c’est la culture amoureuse : tout homme banderait, s’il ne savait pas que les autres hommes bandent !

Download PDF sample

Rated 4.53 of 5 – based on 15 votes