Notre ennemi, le capital - download pdf or read online

By Jean-Claude Michéa, Flammarion

Si l'on veut réellement rassembler l. a. grande majorité des periods populaires autour d'un programme de déconstruction graduelle du système capitaliste (et non pas simplement accroître ses privilèges électoraux), il faut impérativement commencer par remettre en query ce vieux système de clivages fondé sur los angeles 'confiance aveugle dans l'idée de progrès', dont les présupposés philosophiques de plus en plus paralysants (du kind 'parti de demain' - celui de l. a. Silicon Valley - contre 'parti d'hier' - celui de l'agriculture paysanne ou de l. a. tradition du livre) ne cessent d'offrir depuis plus de trente ans à l. a. gauche européenne le moyen idéal de dissimuler sa réconciliation totale avec le capitalisme sous les dehors beaucoup plus séduisants d'une lutte 'citoyenne' permanente contre toutes les idées 'réactionnaires' et 'passéistes'

Show description

Read Online or Download Notre ennemi, le capital PDF

Best foreign language fiction books

New PDF release: Das Spiel Azad

SpielernaturenJernau Morat Gurgeh ist der beste Spieler in der KULTUR, und in allen Spielen ist er unschlagbar. Da hört er von dem Spiel Azad, das alle acht Jahre in Groasnachek in der Großen Magellanschen Wolke gespielt wird, dem Herrschaftsbereich des Imperiums. Gurgeh soll für die KULTUR an dem Spiel teilnehmen.

Download e-book for kindle: Die Show (Roman) by Richard Laymon

Eigentlich ist es ein ganz normaler Tag im August des Jahres 1963: Der kleine Ort Grandville ächzt unter der Sommerhitze, während zugleich eifrig Vorbereitungen für die große »Vampirshow« – eine artwork Dracula-Musical – getroffen werden, die am Abend stattfinden soll. Doch es ist der Tag, der das Leben dreier Jugendlicher für immer verändern wird.

Additional resources for Notre ennemi, le capital

Example text

Le professeur Hayek nie que le capitalisme libéral mène nécessairement au monopole, mais, dans la pratique, c'est bien là que ce système a mené » [c].

Autant dire que le rapport à la modernité industrielle des premiers socialistes était donc nettement moins enthousiaste que celui de la gauche républicaine (même si, bien sûr, certaines passerelles politiques entre le socialisme et la petite bourgeoisie jacobine d'extrême gauche ont toujours existé, par exemple pendant la Commune de Paris5 ). Et que leur propre conception du « Progrès » – sans même évoquer ici des auteurs comme Gustav Landauer ou William Morris – s'avérait généralement beaucoup plus complexe et dialectique que celle qui soutenait les discours positivistes de la gauche du XIXe siècle6 (cette dernière ne dépassant d'ailleurs presque jamais la déploration purement humanitaire des conditions de vie du nouveau prolétariat industriel).

Elle portait tout autant – sinon plus – sur le type de société atomisée, mobilitaire3 et agressivement individualiste qui en constitue l'envers moral, psychologique et culturel obligé (« cette société – notait Pierre Leroux – où tout le monde veut être monarque » et que Proudhon décrivait, pour sa part, comme le « règne de l'absolutisme individuel4 »). Une fois reconnu ce lien structurel entre « la démoralisation et l'isolement qui enferment chacun dans sa misère privée » (Jaime Semprun) et cette guerre quotidienne de tous contre tous qui constitue l'essence du libéralisme économique, on comprend alors mieux pour quelles raisons logiques le déchaînement planétaire des politiques libérales – sur fond de renoncement de l'intelligentsia de gauche, à partir de la fin des années 1970, à toute critique radicale du système fondé sur l'accumulation du capital – ne pouvait effectivement conduire qu'à saper indéfiniment les fondements mêmes (qu'ils soient anthropologiques, moraux, ou culturels) de toute vie réellement commune5.

Download PDF sample

Rated 4.26 of 5 – based on 47 votes